Leçons apprises pendant mes années « régimes »…

Tasting Good Naturally : Leçons apprises pendant mes années régimes

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de quelque chose qui me touche personnellement. Cela a dirigé plus de la moitié de ma vie. Je trouve que c’est terrible de dire ça même si c’est vrai. Cela m’a rendue heureuse à certains moments puis profondément malheureuse à d’autres : les régimes

A une certaine époque, je crois que j’aurai pu me proclamer la reine des régimes car je les ai presque tous essayer (en tous cas jusqu’à la naissance de Mistinguette). Je connaissais tout des poudres et autres sachets, des régimes hyper-protéinés, ainsi que des régimes les plus connus et populaires.

J’étais tout juste adolescente lorsque j’ai fait mon premier régime. Je ne rentrerai pas dans les détails mais il faut savoir que quand on est adolescent, on écoute les grandes personnes. On leur fait confiance… et c’est tout à fait normal. Et c’est pour ça aussi, que j’espère que mon témoignage aidera quelqu’un.

Si aujourd’hui, je pouvais parler à mon moi adolescente, je lui dirai de se faire confiance, d’écouter son coeur. Je lui dirai aussi :
– d’essayer de parler avec ces grandes personnes,
– d’oser donner mon point de vue,
– d’avoir confiance en leur écoute… surtout quand le mal-être est apparu…

Je n’ai pas osé parler, dire que je n’allais pas bien. Je me suis repliée, j’ai bâtie de grandes murailles autour de moi que je tente tant bien que mal d’abattre maintenant. A cette époque, il fallait prévenir la prise de poids… c’est ce que le médecin de famille disait… Les régimes étaient hyper restrictifs. Et c’est ainsi que j’ai appris ma première leçon.

Leçon 1 : Ne vous privez pas !

Se priver d’un aliment qu’on aime n’engendrera que frustration et envie… Plus je me privais de ce que j’aimais, plus j’avais envie de le manger, plus je me sentais frustrée et plus je « craquais » dessus si l’occasion se présentait. J’éprouvais également de la colère, de la jalousie par rapport à cette frustration, par rapport au fait que mon entourage pouvait en manger et pas moi.

Aujourd’hui, avec le recul… et l’expérience, je dirai qu’il ne faut pas vous privez mais manger avec modération. Manger un muffin à la banane (ou une assiette de pâtes – et oui, on m’avait aussi dit de supprimer les féculents :/) si l’envie se fait sentir mais n’en mangez pas dix. Savourez-le et soyez heureux(se) de vous accorder ce plaisir. Profitez-en pour vous faire un moment cocooning avec une bonne tasse de thé, devant un bon film ou en lisant un bon livre. Soyez conscient qu’à cet instant T, vous êtes en train de manger ce délicieux muffin et qu’un seul suffit.

Et si on commençait tout de suite ? Aujourd’hui, c’est la chandeleur ! N’hésitez pas à vous faire plaisir ! Mangez une ou deux crêpes, savourez… :).

Tout est une question d’équilibre, équilibre dans sa vie, équilibre dans son alimentation. Personnellement, pour avoir souvent supprimé des catégories d’aliments, je peux vous dire que ce n’est pas la solution. Pensez que votre corps a besoin, pour son bon fonctionnement, de protéines, de glucides, de graisses. Il a, aussi, besoin parfois de repos après de grosses périodes de stress. Mais aussi, il a besoin de bouger quand quelque chose ne va pas et qu’on a besoin de l’extérioriser.

Tasting Good Naturally : Leçons apprises pendant mes années régimes

Leçon 2 : Ne surconsommez pas de protéines !

Les régimes hyper protéines sont à la mode depuis bien longtemps et je crois que dans mon cas, ce sont les pires que j’ai fait. Quand je parle de protéines ici, ce sont les protéines animales car je consommais encore de la viande et du poisson, il y a plus d’une dizaine d’années. C’est avec ces régimes que je me suis sentie le plus mal physiquement et moralement. Physiquement car j’avais beaucoup de mal à digérer ces protéines qui ont entraînés des petits soucis de santé. Moralement, car clairement, j’avais horreur de ça. Manger est très vite devenu un enfer pour moi. Je n’avais plus aucune notion de plaisir.

Les régimes hyper protéines m’ont permis de perdre du poids très rapidement mais aussi de me rendre malade très rapidement aussi. Je n’ai jamais pu aller au bout de ces régimes car mon corps se révoltait furieusement. Les kilos sont eux revenus encore plus vite qu’ils n’étaient partis et les maux créés ont mis du temps à disparaître.

Leçon 3 : Ne vous privez pas des graisses !

J’ai également fait des régimes sans graisses… Une fois de plus mon corps m’a clairement fait comprendre que ce n’était pas la solution. Ma peau et mon teint se sont dégradés, mes cheveux faisaient la tête, j’avais une mine effroyable, la peau qui me tirait…

J’ai essayé de comprendre et j’ai donc beaucoup lu à ce sujet et notamment que les graisses (les bonnes graisses, je ne parle pas de graisses animales) étaient nécessaire à notre corps, à nos organes et à notre cerveau. Que notre cerveau en avait besoin !

Par contre les graisses restent des graisses… Il faut malgré tout en consommer avec modération… N’allez pas consommer :
– une salade de crudités avec de l’avocat assaisonnée à l’huile d’olive
– puis une grosse assiette de frites qui dégoulinent
– et un gros gâteau à la crème en dessert.

Car non seulement vous serez plus apte à prendre des kilos mais en plus il est bien possible que votre peau vous fasse comprendre que ça ne va pas du tout :). Les graisses sont donc à consommer avec modération…

Tasting Good Naturally : Leçons apprises pendant mes années régimes

Leçon 4 : Evitez ce qui est industriel !

Et oui ! J’ai aussi fait des régimes où c’était du tout prêt ! Etant habituée au fait maison, je n’ai clairement pas aimé. En plus, ils ne m’ont rien apporté niveau santé (même pas des kilos en moins). Il faut savoir que les plats préparés contiennent souvent beaucoup (trop) de sel, de sucre, de gras et je ne parle même pas des conservateurs.

Bref ! vous l’aurez compris, ce n’est pas une solution. Plutôt que de :
– prendre votre voiture,
– aller au magasin,
– acheter votre plat tout fait,
– faire la queue à la caisse,
– revenir à la maison,
– et faire réchauffer votre plat,

Arrêtez-vous et prenez le temps de réfléchir. Vaut-il pas mieux se préparer un repas rapide, fait maison, où on sait ce qu’il y a dedans ? N’est-ce pas plus simple de contrôler ses apports quand on prépare tout soit même ? Ne prend on pas plus de plaisir à manger quelque chose qu’on a préparer en conscience (et souvent avec amour ?).

Je sais que c’est la facilité d’aller acheter son repas (je suis passée par là) mais franchement, si aujourd’hui, je pouvais parler à mon moi plus jeune, je lui dirai : « relève tes manches et apprends à cuisiner, c’est le seul moyen de savoir ce que tu manges. Tu peux facilement faire de très bons repas qui sont goûteux en moins d’une demi-heure (et cela te prendra moins de temps que d’aller au magasin). »

Leçon 5 : Ecoutez-vous, n’écoutez pas trop les autres et documentez-vous !

Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir internet qui est une incroyable source d’informations… mais faites attention aussi à ce que vous lisez car tout n’est pas bon à prendre… j’essaie de toujours vérifier une information.

A l’époque de mon adolescence, je n’avais pas internet. Je ne pouvais parler à personne. J’avais le sentiment que personne n’était là pour m’écouter, pour répondre à mes questions. Les seules références que j’avais c’était ce qu’on me disait ou ce que je lisais dans les magasines de santé…

Aujourd’hui, même si j’ai encore des soucis de poids, j’essaie de prendre le temps de m’écouter, de me demander ce qui me ferait plaisir de manger… Cette notion de plaisir est tellement importante tant au niveau gustatif, visuel que moralement. Personnellement, je sais que si je mange quelque chose qui me fait plaisir, j’aurai moins tendance à « craquer » une heure après la fin du repas.

Tasting Good Naturally : Leçons apprises pendant mes années régimes

Leçon 6 : Demandez de l’aide…

Et si j’avais un dernier conseil à donner, ce serait de vous faire aider par quelqu’un :
– professionnel (psychologue, naturopathe, nutritionniste…)
– ou non (amies…).

Mais quelqu’un en qui vous avez confiance. Quelqu’un avec qui vous pouvait parler sans tabou. Car l’aide de quelqu’un d’extérieur peut être très bénéfique. Cette personne peut, par exemple, mettre le doigt sur quelque chose qu’on ne voyait même pas tellement cette chose est devenue habituelle. Je sais aujourd’hui, que mon poids n’est que la conséquence d’un mal-être profond qui date probablement de l’adolescence… et qu’il n’est pas la cause de ce mal-être… Même si les deux peuvent se confondre. Parler à quelqu’un permet aussi de vous interroger sur :
– ce dont vous avez envie,
– ce que vous avez envie d’accomplir,
– mais également d’extérioriser ce que vous gardez en vous.

En termes de nutrition, cette personne pourra vous aider à équilibrer vos repas par exemple, vous conseiller…

Le yoga et la méditation peuvent vous aider aussi. C’est un merveilleux outil pour réduire son stress, pour bouger à son rythme, pour s’étirer, pour s’accepter et s’aimer aussi. Je vous invite à relire l’article que j’avais écrit l’année dernière. J’ai dû arrêter ma pratique il y a quelques mois à cause d’une blessure (faites dans le cadre de mon travail pas en faisant du yoga ^^). Mais j’ai bien l’intention de la reprendre dès que mon esprit sera disponible pour ça, quand le moment sera venu et que les petits soucis se seront atténués…

Ne soyez pas trop dur(e) envers vous 🙂 et ne soyez pas trop pressé(e) non plus. Tout va bien. Vous allez bien. Je vais bien. J’ai pris conscience de ces leçons que très récemment… Laissez-vous le temps de réfléchir, de vous pauser et de vous aimer.

Et vous ? avez-vous eu des périodes un peu compliqué ? et avez-vous, aujourd’hui, trouvé un équilibre ?

J’espère que cet article vous aura plu et qu’il permettra d’aider quelqu’un. N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous le souhaitez ou à partager cet article.

Je vous souhaite une belle semaine et à très vite.

Bises, Hélène xxx

24 commentaires sur “Leçons apprises pendant mes années « régimes »…

  1. Bonjour Hélène,
    je découvre ton blog… Merci pour tes écris, il y a beaucoup de douceur qui se dégage et ta photo le transmet également 🙂
    Un petit mot car comme beaucoup, je me suis sentie concernée par ce témoignage de mal être, prise/perte de poid, rapport compliqué à la nourriture… Je suis passé par les fameux BED (binge eating disorder) que j’ai diagnostiqué moi-même en me renseignant beaucoup car je ne me retrouvais pas dans les troubles alimentaires classiques. Et les quelques personnes à qui j’en parlais n’ont pas compris à quel point je souffrais. Probablement par peur de l’anorexie, car je ne suis somme tout pas en surpoid, elles ont tenté de me rassurer… Et je ne me suis sentie que incomprise et encore plus seule… Bref
    Aujourd’hui ça va mieux, mais le chemin est long, et tu l’exprime très bien, il est doux d’apprendre à s’accueillir, se connaître, s’accepter tout en se mettant des limites saines (ne pas se resservir juste par gourmandise, écouter sa vraie faim, accepter avec plaisir un écart)…
    Pour ma part, la transition au veganisme m’a beaucoup aidée, et cela a été possible grâce à des blogs comme le tien, à des personnes qui partagent leurs expériences et leurs recettes, comme toi.
    Alors pour tout cela, je te remercie et te souhaite du fond du coeur une belle Vie colorée de douceur et d’amour!

  2. C’est fou de se dire que l’alimentation a une telle place dans nos vies. Des fois je me dis que ce serait tellement bien d’être une plante, de se nourrir d’eau, de soleil et des nutriments du sol. Bon après je me dis que j’apprécie trop de cuisiner et manger pour ça ^^
    Mais il n’empêche, l’obsession du corps parfait et des régimes en tout genre pour l’atteindre, ne devrait pas être tant affichés (dans les magazines, les pubs, les affiches, etc), il semblerait que les choses changent (des femmes avec des formes sur des affiches ou dans les magazines, etc) mais pas encore les mentalités et c’est bien dommage.
    Avant de nous demander de maigrir on devrait nous apprendre à nous accepter tels que l’on est, nous enseigner le plaisir dans la modération et la variété.
    Bref, j’espère que ton parcours sera lu et entendu, et bravo d’avoir le courage d’exposer cette souffrance que tu as du traversé et qui parfois doit même encore pointer. Je te souhaite vraiment de continuer sur cette voie de l’acceptation et du lâcher prise.
    Je t’embrasse bien fort,
    Gwenaëlle

    1. Coucou Gwenaëlle <3
      Je suis entièrement d'accord avec toi. Et si je ne m'accepte pas telle que je suis pour diverses raisons (mais j'y travaille ;)), j'essaie d'accompagner au mieux ma fille pour qu'elle s'aime telle qu'elle est <3.
      Merci encore pour ton message :). Gros bisous xxx

  3. Je suis entièrement d’accord avec vos commentaires. J’ai essayé le régime protéiné. J’étais écoeurée de manger. Même si le plus connu affirme qu’on peut manger autant qu’on veut, comme je n’aimais pas ces repas de viande ou de poisson, sans légumes ni fruits, résultat je ne mangeais quasi rien. J’ai maigri, vite. En revanche, j’ai eu la chance de ne pas reprendre les kilos car dès que j’ai obtenu le poids voulu je me suis mise à réfléchir à la nourriture, ce qui m’avait manqué (les fruits et les légumes, les pâtes, etc.) et à manger avec plaisir, sans me goinfrer, en me disant que j’avais bien été punie pendant quelques semaines et qu’il était hors de question de recommencer un tel calvaire. Je suis aussi d’accord avec ce que vous dites au sujet du gras. Grâce à vos blogs, j’ai découvert des graisses végétales délicieuses comme la crème de sésame par exemple que j’utilise pour faire des sauces salade. Avant j’avais très peur de mettre de l’huile, si j’avais lu le nombre de calories dans les crèmes ou les laits végétaux, je ne les aurais pas utilisés. Désormais, j’ai compris comment les utiliser, et comme vous dites, il faut varier au maximum notre alimentation. Merci beaucoup pour ce billet plein de bon sens et qui devrait booster le moral de plein de lecteurs qui ont envie de maigrir sereinement.

    1. Bonsoir Anne-Sophie. Merci beaucoup pour votre témoignage et bravo pour votre parcours. Oui pour moi c’était le pire des régimes et c’est également pour cela que je n’ai pas pu aller au bout… Les légumes et fruits me manquaient énormément… Oui je pense qu’il ne faut rien diaboliser et qu’il vaut mieux manger de tout avec modération en fonction de ses convictions ;). Bonne soirée ! bises xxx

  4. bonjour
    excellent article que je partage sur fb.
    pareil j’ai 3 préado à la maison, je leur dis de manger avec conscience, avec plaisir… ici pas de mot régime, ni je suis grosse, moche… je discute avec elle, essaie de voir ce qu’il cloche… Pareil je suis ronde, mais j’essaie de m’accepter pas tjs évident je l’accorde.

    bises

    1. Bonjour Magali, Merci beaucoup :). Et merci pour ton témoignage. C’est important de pouvoir discuter avec nos enfants pour essayer de les guider, de les aider s’ils en ont besoin. Ma fille a 10 ans, elle commence à me poser des questions… J’essaie de répondre au mieux et de ne pas lui transmettre mes angoisses aussi… Bises xxx

  5. Très joli article Hélène. J’aurai aimé lire ce genre d’article ado. J’ai tellement vu ma belle mère se mettre au régime que c’est devenu naturel pour moi de m’y mettre et cela dès l’adolescence. Je ne veux pas transmettre cela à ma fille. Je réapprend à manger et à me dépenser. Continue de te confier à nous (belle leçon de mise à nue). J’espère que tu arriveras à atteindre tes objectifs. A bientôt ! Et merci pour tout.

  6. Bravo pour ce magnifique témoignage. Si riche de bons sens et de conseils et pourtant si difficiles à suivre parfois . aussi merci de tout coeur Hélène. Cet article me fait un bien fou car je suis en totale contradiction avec ce que je sais et ce que je fais et les sentiments négatifs prennent de ce fait souvent le dessus.

    1. Merci beaucoup Morgane :). Contente que cet article te parle… Les sentiments négatifs ont la facilité d’arriver à n’importe quel moment alors que les sentiments positifs sont plus difficiles à entrevoir… C’est pour cela qu’il faut les chérir quand ils sont là :). Pleins de belles ondes positives pour toi. Bises xxx

  7. Bonjour
    C est un article très instructif et j espère qu il sera bénéfique pour celles et ceux qui se posent des questions,sont en détresse et cherchent du réconfort et des conseils à ce sujet. Puissent ils arriver ici par la magie des moteurs de recherche (n hésite pas à le renommer peut être pour qu il soit accessible au plus grand nombre…)
    Comme tous les chemins, le tien fut douloureux mais s est ouvert sur plus de « lumière », et cela donne espoir. Plein de belles choses à venir pour toi, ton corps et ton esprit! Et cela semble bien parti! Merci aussi pour tes recettes.

  8. Merci Hélène pour ce très bel article et ces conseils !
    J’ai récemment compris quelque chose : notre corps croit ce qu’on lui dit. Si on lui dit que tel aliment fait grossir, il grossira en le mangeant. Si on se sent coupable après un repas, il se sentira coupable aussi. Si au contraire, on aime notre corps, d’une part il nous le rendra bien, et d’autre part, on aura envie de bien le nourrir. Cette démarche d’acceptation de soi est la clé pour se sentir bien. C’est un travail long, mais payant. Je t’embrasse fort, Lili

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *