Légumes Bios ou pas ? That is the question ! Et petit hommage à mon petit potager #vegan #bio

Aujourd’hui, pas de recettes. Je voulais vous parler des légumes. Plusieurs d’entre vous m’ont demandé si je mangeais exclusivement bio ou pas, notamment pour les légumes.

Tasting Good Naturally : Légumes bios ou pas ? Telle est la question ! Je vous livre ici mon point de vue ainsi que quelques petites astuces pour faire votre propre choix !

Je pense pouvoir dire que mon alimentation doit être à 90 % bio contre 100 % il y a quelques mois (à mon grand désespoir). En effet, le coût de la vie augmentant régulièrement et comme nous sommes une famille de 4, il est parfois difficile d’avoir du 100% bio quand le budget familial est limité. J’essai, malgré tout, de faire du mieux que je peux pour ne pas me culpabiliser.

Les AMAP

Il y a encore un an, nous faisions partie d’une AMAP (Association pour le Maintien d’une agriculture paysanne). Nous y sommes restés un peu plus de 2 ans et demi. Ces associations sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique. En début de contrat, nous avons payé nos paniers pour l’année. Ensuite, une fois par semaine, nous allions chercher, à heure fixe, notre panier de légumes au point de rendez-vous.

C’était l’occasion de rencontrer les petits producteurs, discuter avec eux de leur production mais aussi des difficultés qu’ils pouvaient rencontrer (souvent climatique). Si nous le pouvions,  le week-end, nous allions donner un coup de main au producteur s’il en avait besoin. L’ambiance y était conviviale, et les légumes de très bonne qualité. Une fois par an, était organisé un pique-nique chez un des producteurs. C’était l’occasion de voir son installation et aussi de l’aider un peu. C’était très intéressant et nous étions ravis.

Cependant, notre AMAP était à 25 minutes de route… Nous n’en avions pas de plus près dans le coin. Donc 50 minutes aller retour. Cela ne nous dérangeait pas dans la mesure où c’était sur le chemin du retour du travail de mon mari. Mais ses horaires ont changés, les miens aussi. Et nous nous sommes retrouvés en difficulté pour récupérer nos paniers. En sachant que si le panier n’est pas récupéré, il était perdu et redistribué aux autres adhérents. Nous avons donc pris la décision d’arrêter le contrat à mon grand désespoir.

Marché et magasins bio

J’ai ensuite fait plusieurs magasins bio mais comment dire… acheter du «bio» d’ailleurs, ne me satisfaisait pas. A part quelques exceptions comme les bananes par exemple dont je  ne peux absolument pas me passer :).

Pendant plusieurs mois, c’était compliqué car je me battais entre le fait que je ne voulais pas changer mes habitudes, mais je trouvais les légumes des magasins pas forcément de bonne qualité et chers…

Et puis, un jour j’ai découvert un petit producteur «bio» qui vient une fois par semaine au marché du village d’à côté. J’ai choisi de tester et j’ai été ravie de la qualité. Le choix est parfois limité et je suis donc parfois obligée de compléter mais dans l’ensemble j’en suis contente.

Le potager

Chaque été, je fais mon potager pour pouvoir faire mes conserves d’hiver (sauce tomates et ratatouille principalement). Cette année, j’ai semé et planté tomates, tomates cerises, poivrons, haricots verts, Pak choï, petits pois, courgettes longues et courgettes rondes, kale et des courges. Je trouve que c’est tellement gratifiant et super bon de pouvoir faire pousser ses propres légumes quand on en a la possibilité. C’est aussi une sacré fierté.

Avant-hier soir, j’ai cueilli ma première tomate mûre de la saison et j’étais super contente de moi. Malheureusement, la nature est aussi là pour nous rappeler à l’ordre. Ce même soir, deux gros orages de grêle se sont abattus sur notre région et mon petit potager est maintenant dévasté. Ils ne restent plus rien. J’ai jeté plus de 90% des tomates, les pieds de courgettes sont hachés. Les haricots, petits pois et pak choï ont littéralement disparus.

Je ne suis pas sûre de pouvoir sauver les courges (butternut, musquée et spaghetti) que je faisais pousser pour cet hiver. Il n’y a que le kale qui a survécu, ce qui me fait dire que mon petit potager renaîtra de ses cendres. J’ai également perdu toutes les prunes et la majorité des pommes… Je suis profondément attristée mais nous ne pouvons rien contre la nature. J’ai aussi une grosse pensée pour tous les viticulteurs et agriculteurs autour de la maison qui voient leur travail d’une année réduit à néant…

Tasting Good Naturally : Légumes bios ou pas ? Telle est la question ! Je vous livre ici mon point de vue ainsi que quelques petites astuces pour faire votre propre choix !Tasting Good Naturally : Légumes bios ou pas ? Telle est la question ! Je vous livre ici mon point de vue ainsi que quelques petites astuces pour faire votre propre choix !

Les légumes bios ou pas ?

Maintenant la question du bio ou pas… Je pense que c’est une question personnelle en fonction de ses convictions, de ses envies et de son vécu. Personnellement, j’ai commencé à m’intéresser au «bio» il y a 8 ans quand j’étais enceinte de ma fille, dans un premier temps que pour les cosmétiques. Ayant une peau atypique et les hormones n’arrangeant rien, je me suis tournée naturellement vers ce nouvel univers où j’ai pu trouver des solutions. Quand ma fille est née, au moment de la diversification, elle a eu de gros soucis d’eczéma… j’avais un bébé rouge tant sa peau était enflammée. J’ai donc fait le choix de la nourrir avec des aliments bio. Je ne dirais pas, ici, que cela a résolu son problème d’eczéma, mais j’ai constaté qu’il a bien diminué.

De fil en aiguille, c’est devenu une évidence. Sans compter, qu’à la maison, grâce à mon grand-père, j’ai toujours eu des légumes et fruits du jardin, non traités, et qu’il n’aurait jamais mangé une tomate en plein hiver… et d’ailleurs je suis bien comme lui :).

Après il y a «bio» et «bio». Je ne rentrerai pas ici dans le sujet mais par exemple je n’achèterai pas des fraises «bio» d’Espagne alors que je peux trouver des fraises «bio» de France.

Faire du mieux qu’on peut

Malheureusement, comme je le disais un peu plus haut, le choix est parfois restreint et afin d’avoir une alimentation diversifiée, il m’arrive (même si c’est rare), d’acheter des légumes et fruits au supermarché du coin. J’essaie pour cela de faire au mieux (je choisi très souvent du local) et je m’aide du tableau de l’EWG (Environment Working Group). Alors certes ce n’est pas français et notre façon de produire les légumes et les fruits est peut-être différente (je ne m’y connais pas assez sur le sujet). Mais je trouve que leur liste «Dirty Dozen» et «Clean fifteen» (les douze fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides et les 15 qui sont dit «propres») est bien utile pour savoir quel végétal contient le plus de pesticide. Ce guide est disponible en pdf sur le site et il existe même des applications pour les téléphones.

Tasting Good Naturally : Légumes bios ou pas ? Telle est la question ! Je vous livre ici mon point de vue ainsi que quelques petites astuces pour faire votre propre choix !

Il m’arrive donc de choisir des produits non bio en fonction de cette liste, afin de rester au plus proche de mes convictions. Donc par exemple, je n’achèterai pas de fraises non bio car elles contiennent beaucoup de pesticides. Mais aussi parce que j’ai la chance (enfin jusqu’à avant-hier soir avant l’orage), de pouvoir les cueillir dans mon jardin. J’achèterai de temps en temps des avocats, melon ou autres fruits et légumes qui font partis des «Clean fifteen».

Et vous ? quel est votre avis ? Je serai ravie de partager avec vous :).

J’espère que cet article vous aura aidé et si ce type d’article vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire en commentaire ou par message privé (si vous préférez) et je verrai si je peux en écrire d’autres.

Je remercie aussi toutes les personnes qui m’ont fait part de leur sympathie et de leur gentillesse via instagram, facebook et en message privé. Vous avez été super et tous vos petits messages m’ont vraiment touchés profondément. Merci à tous encore. Vous êtes des anges !

Très bonne journée à tous et à très vite.

6 commentaires on “Légumes Bios ou pas ? That is the question ! Et petit hommage à mon petit potager #vegan #bio

  1. Quand on pense à la différence de teneur en nutriments entre aujourd’hui (même pour le bio) et il y a 40 ans, je pense que le bio est une absolue nécessité, surtout pour les légumes. Pour ma part, j’ai du faire un sacrifice sur bon nombre de dépenses du quotidien pour pouvoir tenir mon budget bio, mais quand je constate les bienfaits que j’ai pu en tirer, je ne regrette pas du tout ma démarche.
    Merci pour ton article intéressant !

  2. J’aime toujours ce genre d’article, c’est toujours intéressant de connaître les expériences des autres.
    Le bio a une place particulière dans mon cœur car, au final, c’est bien cela qui m’a fait venir au végé.
    Je me fournis en AMAP aussi mais j’ai de la chance, je n’ai qu’à traverser ma rue pour retrouver le lieu de distribution. C’est d’ailleurs ça qui m’a fait m’y inscrire car c’est mon mari qui va chercher les paniers et à l’époque où je me suis inscrite, c’était une vraie contrainte pour lui d’y aller (moi j’arrive trop tard, c’est le moment de fermeture).

    Quant au potager, étant donné que tu habites le Sud, ne peux-tu pas replanter certains légumes ? Il peut faire encore très beau jusqu’en octobre, tu pourrais peut-être avoir un potager légèrement décalé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *