Déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite

Déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite

Hélène TURNER - Naturopathe : Un article de développement personnel, aujourd’hui, écrit avec le coeur sur le fait qu’il faut d’abord savoir déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite. Et qu’au final tout est juste.

La semaine dernière vous avez pu découvrir la première partie de cet article « Déconstruire pour construire ou reconstruire ». Aujourd’hui, on va un peu plus loin dans cette réflexion avec cet article : Déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite.

Qu’en est-il du passé ?

Nous avons vu que déconstruire pour construire ou reconstruire était comme une renaissance. Mais je ne suis pas en train de dire qu’il faut oublier le passé. Non ! Car le passé fait parti de vous, il fait parti de votre histoire, c’est lui qui fait que vous êtes où vous en êtes aujourd’hui. Que ce soit à une place confortable ou pas. Le passé est là pour qu’on puisse se rappeler. Se rappeler du chemin parcouru. Voir son évolution. Il est aussi là pour vous montrer ce que vous voulez garder et ce dont vous ne voulez plus.

Il y a une citation que j’aime beaucoup qui dit : « N’ayez pas peur de recommencer. Cette fois, vous ne partez pas de rien, vous avez votre expérience ».

Donc construire ou reconstruire, c’est aussi accepter son passé tel qu’il est, tel qu’il sera toujours car vous ne pourrez jamais le changer. N’ayez pas de regrets. Ainsi le passé n’est pas un poids, il faut savoir s’en libérer. Car votre vie est dans le présent et non pas dans le passé. Votre vie, elle est maintenant. Ce qui était est passé. Aujourd’hui seul compte le moment présent et ce que vous pouvez mettre en oeuvre pour votre avenir.

Hélène TURNER - Naturopathe : Un article de développement personnel, aujourd’hui, écrit avec le coeur sur le fait qu’il faut d’abord savoir déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite. Et qu’au final tout est juste.

Déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite

C’est écrire une nouvelle page, un nouveau chapitre de votre Vie. Et non, ce n’est pas tourner la page ou l’effacer comme si elle n’avait jamais exister. Comme je le disais plus haut, le passé est nécessaire pour voir le chemin parcouru. Il ne peut être changé. Il ne faut pas lui tourner le dos.

Par contre, il peut devenir une force. La force de savoir maintenant ce que vous voulez ou ce que vous ne voulez plus. Savoir maintenant, que d’une certaine manière, vous serez protégé(e) car maintenant vous savez, vous avez la connaissance, l’expérience. Ainsi vous savez ce qui vous rend heureux / heureuse. Mais vous savez aussi ce qui vous rend inconfortable ou ce qui est douloureux. Vous savez que ces situations là, vous ne voulez plus jamais les vivre. Tout ça, c’est grâce à votre passé. C’est votre expérience. Et il est bon de s’appuyer dessus. C’est elle qui va vous permettre de vous remettre en question pour avancer. 

Pour les personnes qui n’ont pas choisies cette « déconstruction », j’aime à dire que quand quelque chose se finit (que ce soit dans le cadre du travail, de l’amour, de l’amitié ou de n’importe quelle situation), c’est qu’il y a quelque chose de mieux qui arrive derrière. Une porte se ferme et une autre s’ouvre. Il sera difficile de voir cela dans un premier temps mais souvent il y’a du mieux derrière. Et il faut y croire, croire que tout ira bien. Une fois cette période de « déconstruction » terminée, vous serez libre d’être qui vous êtes. Vous serez libre pour une nouvelle expérience, pour construire quelque chose de nouveau. C’est croire que tout est possible !

Vous n’êtes pas seul(e)

C’est un temps aussi où peut-être certain(e)s ami(e)s, connaissances ou même famille prendront de la distance avec vous, car cela va leur renvoyer des peurs, des choses qu’ils n’ont pas envie de voir. N’essayez pas de les retenir sous prétexte d’avoir peur d’être seul(e). Car vous n’êtes pas seul(e). Vous êtes entouré(e) et vous êtes également aimé(e). 

D’autres personnes entreront dans votre vie, des personnes sur qui vous pourrez compter et qui vous accepteront tel(le) que vous êtes sans chercher à vous changer. Suivez votre intuition et si elle vous dit que vous n’avez rien à craindre, laissez-les rentrer dans votre vie. Ces personnes deviendront peut-être votre meilleur soutien.

Hélène TURNER - Naturopathe : Un article de développement personnel, aujourd’hui, écrit avec le coeur sur le fait qu’il faut d’abord savoir déconstruire pour construire ou reconstruire, la suite. Et qu’au final tout est juste.

Du temps pour déconstruire pour construire ou reconstruire

Une dernière chose avant de vous laisser réfléchir à tout ça… 

N’oubliez pas qu’il faut du temps. Du temps pour déconstruire et du temps pour reconstruire. Cela ne se fera pas en un claquement de doigts. Ce serait trop facile. Et puis, il ne faut pas sauter les étapes (qui sont souvent les mêmes étapes que celles du deuil). Car finalement, vous devez faire le deuil d’une situation, d’une relation, d’une habitation, d’un travail, d’une amitié etc.

Déconstruire pour construire ou reconstruire est un sacré chantier ! Il faut tout casser, déblayer, nettoyer, pour faire des fondations solides, construire des murs solides, faire les finitions, faire les choses à votre goût etc. C’est comme lors de la construction d’une maison. Vous aurez peut-être l’impression de gravir une montagne, mais je vous assure que cela vaut le coup ! 

C’est comme la nature et ses saisons. L’arbre est au repos l’hiver. Il renaît au printemps avec de nouvelles feuilles au vert tendre. L’été, ses feuilles ont fini de se développer, les fruits deviennent mûrs. A l’automne, la sève commence à redescendre, les fruits tombent, les feuilles se parent de couleurs chatoyantes. Enfin l’hiver arrive, les feuilles finissent de tomber et l’arbre se retrouve à nu, au repos, pour pouvoir tout recommencer.

Pour vous, c’est pareil, il faut un temps d’adaptation, d’ajustement, de guérison. Un temps pour faire votre deuil, pour dire adieu, pour fermer la porte. Mais aussi un temps pour vivre vos émotions, les accepter et ne pas les dissimuler. Un temps pour réfléchir à ce que vous voulez ou ce que vous ne voulez plus. Et un temps pour vous mettre en action.

Enfin, le temps de la renaissance arrive où vous aurez l’impression de revivre. Où vous sentirez l’air arriver dans vos poumons. Et où vous saurez que malgré tout ce que vous avez vécu, tout était juste, tout devait être ainsi. Car maintenant vous pouvez respirer librement sans vous sentir oppressé(e). Vous pouvez profiter de ce que vous avez construit et vous êtes libre d’être Vous.

Et vous ? De quoi avez-vous besoin ? Qu’est ce qui vous manque aujourd’hui dans votre vie ? Qu’est ce qui vous fait vibrer que vous n’osez pas faire ou que vous n’avez pas ? Que pouvez-vous faire pour vous en approcher ou l’obtenir ?

J’espère très sincèrement que cet article, écrit avec le coeur, vous aura plu et qu’il vous aidera. N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous le souhaitez. Je serai très contente de partager avec vous.

Très belle journée à vous,

Profitez, souriez,

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas diffusée. Champs obligatoires *